Communiqué de presse

 

 

Chantier de restauration «centenaire» et découverte archéologique majeure au Château cantonal Saint-Maire

Le chef du DFIRE en charge des constructions et du patrimoine a ouvert officiellement ce jour le chantier de conservation et de restauration du Château cantonal Saint-Maire. Devisée à 21 millions de francs, cette intervention globale qualifiée de «centenaire» se déroulera jusqu'au printemps 2018. Les travaux préparatoires dans les caves de l'édifice ont permis la découverte fortuite des vestiges des deux balanciers où le tout jeune Canton de Vaud frappait monnaie entre 1803 et 1846.

Construit de 1394 à 1430 en molasse et brique rouge, le Château Saint-Maire est l'un des plus importants ouvrages fortifiés de cette époque dans la région. A l'intérieur, les aménagements médiévaux puis de la Renaissance sont en partie conservés, en particulier les remarquables fresques murales. Cependant, la forte dégradation des murs extérieurs comme la vétusté des équipements techniques nécessitaient une réhabilitation globale pour une sauvegarde durable.
En 2008, le Conseil d'Etat fixait une stratégie d'intervention sur trois axes: la conservation de la substance historique de l'édifice, la rénovation des installations techniques et l'optimisation fonctionnelle des espaces. Dès lors, le parlement adoptait un crédit d'étude de 2,26 mios en 2011. Conduit à l'interne de l'Etat par le Service immeubles, patrimoine et logistique, le projet final obtenait en avril 2015 un crédit d'ouvrage de 20,7 mios. Trois apports contemporains complètent le dispositif: une salle de presse polyvalente dans les caves, une salle de réunion vitrée sous la charpente des combles, et un ascenseur inséré dans l'épaisseur du mur.
Les services installés au Château ont déménagé en mai 2015 dans des locaux provisoires, et les travaux préparatoires ont commencé en juin: assainissement des pieds de façade, mise en place des échafaudages, démontages intérieurs au niveau de l'ancien chemin de ronde, ou encore suppression des dalles intermédiaires du sous-sol.
Menées en parallèle, les fouilles archéologiques ont créé la surprise dans la cave nord en révélant deux arrangements très spécifiques de blocs de calcaire noir. Il s'agit des socles des balanciers de la monnaie que les spécialistes recherchaient depuis longtemps. Cette découverte témoigne ainsi de l'emplacement oublié de l'Atelier monétaire de Lausanne, où le Canton de Vaud frappait sa propre monnaie, le batz, depuis sa création en 1803 jusqu'à la mise en place du franc suisse en 1846. La valeur historique et symbolique de ces vestiges impose qu'ils restent visibles en permanence au travers d'une fente vitrée aménagée dans le nouveau sol.
Les prochaines étapes du chantier se concentreront sur le forage des murs en vue de la pose de l'ascenseur, la découverture de la toiture qui permettra l'assainissement de la charpente et le remplacement partiel des tuiles, ainsi que le traitement des parements en briques et en pierre des façades. La remise en service du bâtiment et son inauguration sont prévus en avril 2018.

Bureau d'information et de communication de l'Etat de Vaud

Lausanne, le
11/12/2015

Renseignements complémentaires :

DFIRE, Pascal Broulis, conseiller d'Etat en charge des constructions et du patrimoine, 021 316 20 01; Philippe Pont, chef du Service immeubles, patrimoine et logistique, président de la commission de construction, 021 316 74 60; Nicole Pousaz, archéologue cantonale, 021 316 73 29