Human Brain Project décroche une subvention de l'Union européenne

Une décision historique fait de la Métropole lémanique la capitale européenne des neurosciences

L'Union européenne a décidé d'allouer un montant qui pourrait s'élever jusqu'à un milliard d'euros sur dix ans au Human Brain Project. Ce projet phare de l'Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL) vise à simuler le fonctionnement du cerveau humain par des moyens informatiques. Les Conseils d'Etat vaudois et genevois saluent cette décision historique qui fait de la Métropole lémanique la capitale européenne des neurosciences.

L'Union européenne a décidé d'attribuer au Human Brain Project une subvention pouvant aller jusqu'à un milliard d'euros sur dix ans. Dans les mois qui viennent, les différents partenaires négocieront un accord détaillé portant sur une première phase de lancement de deux ans et demi (2013 - 2016). Cette entreprise de simulation du cerveau pilotée par l'EPFL figurait parmi les six finalistes du programme Future and Emerging Technologies Flagships Initiative. Ce soutien européen vise à promouvoir des projets de recherche centrés sur des technologies émergentes.

Réunis sous l'égide de la Métropole lémanique, les Conseils d'Etat vaudois et genevois saluent cette décision historique de l'Union européenne de financer le Human Brain Project. Convaincus des retombées positives du Human Brain Project pour la région, les deux cantons s'étaient déjà engagés à soutenir ce projet majeur, dont l'EPFL est l'initiateur en association avec les universités de Lausanne et de Genève ainsi que les hôpitaux universitaires cantonaux (HUG et CHUV).

L'Etat de Vaud met à disposition les terrains pour accueillir ce projet scientifique et allouera 35 millions de francs pour la construction de Neuropolis, bâtiment dédié au Blue Brain Project et à la biologie computationnelle (UNIL), sur le site de Dorigny. Il hébergera la plateforme du Human Brain Project (données, outils de simulation et de visualisation du cerveau), accessible aux scientifiques du monde entier. Le centre disposera également d'un espace dédié au public, une fenêtre ouverte sur le fonctionnement du cerveau et la compréhension des neurosciences. A Genève, c'est un Institut d'imagerie moléculaire qui verra le jour à proximité des HUG. Ses activités se concentreront notamment sur l'imagerie des maladies neurodégénératives et du vieillissement. La structure devrait par ailleurs permettre le développement d'autres recherches menées à Genève, à l'instar du projet « Nouvelle Jonction - Arts, Neurosciences, Cité » ou plus généralement dans le domaine des sciences affectives.

Le Human Brain Project devrait accueillir un millier de collaborateurs scientifiques et techniques, et renforcer les centres de compétences existant déjà dans la région. Avec ce projet plaçant les Hautes Ecoles lémaniques (EPFL, UNIL et UNIGE) au coeur d'un réseau de 90 centres de recherches situés dans 22 pays, la Métropole lémanique s'impose en pôle mondial dans le domaine des neurosciences.

Bureau d'information et de communication de l'Etat de Vaud

Lausanne, le
28/01/2013

Renseignements complémentaires :

DFJC, Anne-Catherine Lyon, cheffe du Département de la formation, de la jeunesse et de la culture: 021 316 30 00
DFIRE, Pascal Broulis, chef du Département des finances et des relations extérieures: 021 316 20 01
GE : Charles Beer, chargé du département de l'instruction publique, de la culture et du sport, Président du Conseil d'Etat genevois : 022 546 69 00
GE : Pierre-François Unger, chargé du département des affaires régionales, de l'économie et de la santé : 022 546 88 10