Agglomération Lausanne-Morges: priorisation de trois objets majeurs

Le Conseil d'Etat a mis en priorité A (horizon de réalisation 2015-2018) les projets de prolongement du tram t1 entre Renens et Villars-Ste-Croix et de métro m3, et en priorité B (horizon de réalisation 2019-2022) l'adaptation de la ligne du LEB au milieu urbain entre Cheseaux et Lausanne-Flon. Il valide ainsi la priorisation que les communes du PALM lui ont proposée. Cette décision est assortie de réserves et conditions de nature financière.

Le Conseil d'Etat réaffirme l'importance du PALM dans le projet de développement territorial du canton. Comme les autres projets d'agglomération vaudois, le PALM accompagne la dynamique de croissance du canton et vise à atteindre un report modal en faveur des transports publics et des mobilités douces. L'aménagement d'infrastructures de transport et en particulier de transports publics fait partie des conditions cadres de ce développement. Le Conseil d'Etat confirme que d'importants investissements seront nécessaires, selon une répartition équilibrée et équitable sur l'ensemble du territoire cantonal, dans le souci que l'accroissement des prestations offertes à la population puisse être économiquement supportable pour l'ensemble des collectivités publiques vaudoises appelées à assurer une part de leur financement.
Au terme de la consultation publique sur la révision du projet d'agglomération Lausanne-Morges (PALM 2012) et après avoir rencontré les communes du PALM, le Conseil d'Etat a décidé de mettre en priorité A (horizon de réalisation 2015-2018) les projets de prolongement du tram t1 entre Renens et Villars-Ste-Croix (215 millions) et du m3 (463 millions), et en priorité B (horizon de réalisation 2019-2022) les aménagements du LEB en milieu urbain (132 millions). Cette décision est assortie de conditions et réserves impératives :
* cette décision de principe sera confirmée une fois connues les décisions fédérales et après l'adoption du programme de législature 2012-2017 du Conseil d'Etat;
* les charges financières et d'exploitation de ces infrastructures devront être couvertes par les entreprises de transport à hauteur de 35% au minimum;
* les surcoûts liés aux mesures retenues et à leur priorisation seront financés par le Canton et les communes, principalement la Commune de Lausanne, hors du mécanisme péréquatif intercommunal concernant les transports publics;
* les montants des investissements tels qu'ils ont été communiqués au Conseil d'Etat et qui figureront dans le PALM 2012 constituent une enveloppe maximale.
En outre, le Conseil d'Etat a décidé de lancer les études d'avant-projet de la ligne de tramway entre la gare de Renens et Villars-Ste-Croix, qui seront financées par le budget ordinaire du Service de la mobilité. Il donne ainsi une suite favorable à la détermination des députés Claudine Wyssa et Michele Mossi en faveur de la réalisation du tramway t1 de Renens en direction de Bussigny.
Par ailleurs, au vu des enjeux importants du développement des transports publics dans le canton, le Conseil d'Etat a décidé d'entamer dans la prochaine législature une réflexion sur les modalités de financement des transports publics.
Nuria Gorrite, conseillère d'Etat élue, a été associée aux discussions du Conseil d'Etat.
Cette décision du Conseil d'Etat permet de finaliser le rapport du PALM 2012 qui doit être transmis à la Confédération le 30 juin.

Bureau d'information et de communication de l'Etat de Vaud

Lausanne, le
19/06/2012

Renseignements complémentaires :

DINF, François Marthaler, conseiller d'Etat, 021 316 70 01