En marge du projet de budget 2009

Le Conseil d'Etat réactualise la planification financière

L'exposé des motifs sur le projet de budget 2009 constitue l'occasion de réactualiser la planification financière : une dette en diminution, une marge de manoeuvre plus grande, mais des déficits possibles dès 2012. L'instabilité économique actuelle rend cependant les prévisions difficiles. Bien que prudente, cette planification pourrait rapidement être remise en cause par une détérioration de la conjoncture.

Dans l'exposé des motifs et projet de budget 2009 figure la réactualisation de la planification financière. Elle couvre les années 2010 à 2013.
Cette nouvelle planification prévoit deux exercices bénéficiaires (2010, 27 mios et 2011, 72 mios), puis de légers déficits pour les deux exercices suivants (2012, -24 mios et 2013, -72 mios). La planification de l'année précédente prévoyait des bénéfices jusqu'en 2012.
Sur la base d'une estimation pondérée des recettes, la planification prend en compte les risques liés à la conjoncture : elle a revu à la baisse la hausse moyenne des revenus (1,2% contre 1,8% dans la version précédente).
Surtout, la nouvelle planification assure une marge de manoeuvre pour poursuivre la réalisation du Programme de législature : une somme oscillant entre 127 et 233 millions par an pourrait lui être consacrée.
De son côté, la dette se stabilise à 3,1 milliards.
Il reste que l'environnement économique est instable. Entre août et septembre, le Secrétariat d'Etat à l'économie a maintenu sa prévision de croissance du PIB à 1,3% en 2009 mais la conditionne à une reprise de la conjoncture européenne. L'institut KOF de l'Ecole polytechnique fédérale de Zurich est plus pessimiste et a revu ses prévisions à la baisse à 0,3% de hausse du PIB en 2009, les économistes de l'UBS ne tablant plus que sur une croissance de 0,2%.
Le Conseil d'Etat est conscient que sa planification financière révisée, prudente au moment de sa publication, pourrait paraître optimiste dans les mois qui viennent. Il suit avec attention l'évolution de la situation économique et reste rigoureux dans la gestion des charges.

Bureau d'information et de communication de l'Etat de Vaud

Lausanne, le
23/10/2008

Renseignements complémentaires :

Pascal Broulis, chef du Département des finances et des relations extérieures, 021 316 20 15 ; Pascal Rattaz, Service d'analyse et de gestion financières, 021 625 76.